Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

Vous êtes la  ème personne accueillie sur nos pages d'information, de documentation et d'archivage.
Nous vous recommandons de les consulter via les Rubriques (colonne de droite). Parcours de vie (2 pages),  dossier court de présentation (4 p.), bio-bibliographie (4 p.) et  biographie raisonnée étoffée (13 p.) sont à votre disposition.

Nous vous souhaitons une agréable visite.

Noël et Clotilde

89 Bd. Auguste Blanqui
75013 Paris

tel +33 145885873 / +33 609668434

fax +33 955705877

 

   


PASQUIER,
chevalier des Arts et Lettres, est représenté par :
 
New York, USA
 
 
Lyon, France 
 

Parcours spécifiques

     Mise en place, 2005, Paris

 

     11 sept. / 5 oct. 2002
     Galerie Nichido, Paris

 
     déc. 1998 / janv. 1999
     Monnaie de Paris
     1,5 min., 1996
 
1 novembre 2005 2 01 /11 /novembre /2005 14:04
Paris-art.com - Art Contemporain à Paris : Musées Galeries Expositions Paris. Art peinture sculpture photo plastique pop nouveau electronic moderne appliqué virtuel. Actualités artistes débats sur le contemporary art gallery in Paris (contemporain)
Noël Pasquier             (présence régulière de l'actualité de l'artiste sur le site)
Noël Pasquier est un artiste complet. De l’œuvre monumentale aux petits formats, il travaille, selon son inspiration, sur différents matériaux: bronze, céramique, papier, toile, marbre, vitraux. Marcellin Pleynet préface le catalogue consacré à l’artiste, paru chez Fragments éditions.
 
Texte
Par Marcelin Pleynet

Ici aujourd’hui, maintenant, au début du XXIe siècle, nous devons aussi, et peut-être même avant tout tenir compte du rapport que nous entretenons avec les nouvelles façons de penser, de sentir, de voir et de comprendre le monde qui nous entoure. L’évolution de la société qui accompagne l’évolution des sciences et des techniques n’implique-t-elle pas d’autres manières d’être? Et en conséquence le regard que nous portons sur notre présent et sur notre avenir ne détermine-t-il pas, rétrospectivement, une toute autre intelligence et une toute autre pensée de notre histoire?

Ainsi ce qui me frappe en revenant sur l’œuvre, aujourd’hui considérable, de Noël Pasquier, c’est l’étonnante et singulière familiarité que l’artiste entretient avec l’histoire de l’art moderne et contemporain et, par voie de conséquence, avec son art.
Né en 1941, Noël Pasquier n’a pas perdu de temps. Il est aujourd’hui dans la maturité d’une visée créatrice parvenue à son plus complet développement. Et il faut tenir compte dans cette perspective de ce qu’il en fut au cours de ces derrières années si l’on veut comprendre ce qui destine et caractérise son art; si l’on veut comprendre ce que singulièrement son œuvre tend à nous faire découvrir.

Au printemps 1995, visitant l’exposition que le musée de la Marine consacrait à Noël Pasquier, j’avais été frappé par l’ampleur, la multiplicité et la riche diversité de son œuvre. Je ne crois pas qu’un seul visiteur ait pu alors réellement assumer le parcours global du considérable ensemble d’œuvres qui constituait cette exposition. Je ne veux pas dire que chaque visiteur n’ait pas été, tour à tour arrêté, séduit et fasciné par telle et telle peinture, tapisserie, dessin, ou sculpture, bien au contraire. Pourtant ce qui, du geste créateur de l’ensemble (du tout à la partie), qualifiait proprement chaque pièce, réclamait un savoir et une ouverture, une liberté d’esprit vis-à-vis de ce savoir, trop vaste pour être appréhendé le temps d’une visite, si attentive fut-elle. Et de ce point de vue je peux dire que je dois beaucoup au fait que l’artiste ait bien voulu m’accompagner et éclairer ma rencontre avec l’ensemble de ce qu’il présentait.

On pourrait penser que c’est tout naturellement qu’une exposition rétrospective, ou anthologique, tend à troubler et souvent à perdre ceux qui s’y aventurent. Mais il faut visiter les ateliers de Noël Pasquier en tenant compte de la multiplicité et de la diversité des œuvres que l’artiste réalise, pour comprendre que discrètement certes, mais incontestablement, cette exposition ne ressemblait à aucune autre dans la mesure d’abord, me semble-t-il, où elle tendait à constituer l’ensemble de l’œuvre de l’artiste comme "ouverture" (Opera aperta) dans la création "in progress" d’un vaste Atelier. Atelier devant ici être entendu au propre et au figuré, en reprenant le sens que le mot pouvait avoir à la Renaissance (l’Atelier se trouvait constitué de l’activité d’un maître, de ses élèves et de ses aides) mais en l’ouvrant sur l’ensemble de l’histoire de l’art moderne en activité, l’Atelier de Noël Pasquier constituant à tout moment son œuvre, de la globale mise en jeu de l’esprit et des formes de cette histoire.

Ce qui incontestablement séduit et surprend lorsque l’on se trouve en présence d’un ensemble d’œuvres de cet artiste, c’est la variété, l’ampleur et la diversité des formes, du vocabulaire formel, qui constituent la partition, le clavier plastique de sa détermination artistique.
La critique (Geneviève Breerette dans Le Monde) a très généralement mis en évidence le mouvement qui semble très naturellement conduire l’art de Noël Pasquier de la figuration à l’abstraction et vice-versa. C’est déjà souligner l’aisance avec laquelle il considère et traite des mouvements et des positions esthétiques qui ont longtemps, et arbitrairement, été antagonistes. On a plus récemment constaté son étonnante, et non exclusive, familiarité aussi bien avec l’École de Paris qu’avec l’Art informel ou l’École de New York. Il faudrait ajouter sa capacité de comprendre la spontanéité et la libre ouverture d’une inspiration gestuelle dans la disposition d’une organisation modulaire. Et, pourquoi pas, une intelligence des structures géométriques (et sculpturales) susceptible d’assumer la tridimensionnalité de la picturalité, de la "facture" picturale.

Je pense ici, plus particulièrement à cette Sculpture, ardoise et calcaire réalisée au tout début de 1998. Il n’y a d’ailleurs pas de raison pour ne pas également supposer que la sensibilité, la sensation et le sentiment de la nature qui lui ont inspiré tant de compositions plastiques ne puissent, si je puis dire, se convertir au service des technologies les plus modernes. Il déclare volontiers que "l’artiste de notre temps doit être autant inspiré par les matériaux traditionnels que par la technologie moderne".
Il faut ainsi souligner les éléments propres à la culture et à l’histoire de l’art moderne et de l’art contemporain que joue et déjoue l’œuvre de Noël Pasquier. Mais il faut aussi, par la même occasion et en même temps, retenir que son œuvre n’est en aucune façon réductible aux divers mouvements et attitudes qui caractérisent cette histoire. Et il est à mon avis particulièrement important de remarquer que c’est justement de cette façon que cette œuvre se constitue dans sa contemporanéité, dans son temps, dans sa singularité.

Si l’on considère la suite des mouvements, des écoles et des styles, dont incontestablement Noël Pasquier tient compte sans pour autant s’y fixer Figuration/Abstraction/École de Paris/Art informel/École de New York, etc.), on ne peut pas ne pas constater que chacun d’eux, si important soit-il — et en fonction même de cette importance — tend à se refermer, plus ou moins dogmatiquement, sur lui-même. Or, de toute évidence, pour Noël Pasquier "être de son temps" et être présent, se situer en ce début du XXIe siècle, c’est ouvrir le temps à l’infinie diversité de ses possibilités, à la variété infinie des cultures (nationales, régionales), des images (proches et lointaines), des langues (familières et étrangères), des mondes (réels, fictifs et virtuels) qui constituent, désormais planétairement, l’univers du temps.
Et si une telle description semble trop abstraite et trop éloignée du caractère naturellement ludique de l’art de cet artiste, il suffit de revenir à son œuvre pour voir comment cette ouverture sur les virtualités de son propre temps s’éclaire.

Les réalisations d’œuvres monumentales, et au meilleur sens du mot, décoratives, comme le mural de marbre géant de la Tour Montparnasse, les fresques de quelque 4000 m2 de Suresnes, le vaste mur peint en gare du TGV-Atlantique de Rennes, ou tel considérable ensemble de sculptures, témoignent d’une conscience exotérique et dynamique de l’homme concrètement impliqué dans l’ouverture poétique du déploiement de son univers, de sa cité. Comme, d’autre part, la riche et vaste collection de tapisseries dont il est l’auteur et les peintures inspirées par une expérience existentielle du paysage littoral, de la frontière entre la terre et l’eau, témoignent de la présence d’une sensibilité plus irritée, mais pas moins ouverte, du même homme, à la vie et à la nature quotidienne des êtres et des choses dans leur retrait.

Texte extrait du catalogue Noël Pasquier (Fragments éditions, Paris, 2001) et publié avec l’aimable autorisation de Noël Pasquier.

Artiste(s)

Noël Pasquier
Né en 1941, il vit et travaille à Paris et en Bretagne.

Publication(s)

— Marcelin Pleynet, Jean-Luc Chalumeau, Pierre Restany, Michel Tournier, Noël Pasquier, Paris : Fragments éditions, 2001.
TRAVAUX
Noël Pasquier , Blues, 2001. Huile sur toile. 61 x 46 cm.
Noël Pasquier , Les Dunes, 1998. Marbre 3 éléments. 15 x 25 x 10 cm.
Noël Pasquier , Carrés multiples (détail), 2000. Mixte sur papier. 20 x 20 x 60 cm.
Noël Pasquier, <i >Art Total (détail), 1998. Projection lumineuse sur la citadelle de Calvi (Corse).
LEGENDES
1 Noël Pasquier, Celtica, 2001. Mixte sur toile. 100 x 100 cm.
2 Noël Pasquier , Blues, 2001. Huile sur toile. 61 x 46 cm.
3 Noël Pasquier , Les Dunes, 1998. Marbre 3 éléments. 15 x 25 x 10 cm.
4 Noël Pasquier , Carrés multiples (détail), 2000. Mixte sur papier. 20 x 20 x 60 cm.
5 Noël Pasquier, Art Total (détail), 1998. Projection lumineuse sur la citadelle de Calvi (Corse).
CREDITS
1 © Noël Pasquier
2 © Noël Pasquier
3 © Noël Pasquier
4 © Noël Pasquier
5 © Noël Pasquier
 
Gestionnaire - dans Ils en parlent...

Accès direct aux vidéos

Plus de vidéos etc...

Partenaires de l'Atelier

 

Agitateur de

Vie Culturelle

 

th.jpg

Website Translator